Les tourneurs

Les Tourneurs – Les 500 estampes de la collection

Date

30 Juin 2021 - 26 Sep 2021
VERNISSAGE : MERCREDI 30 JUIN À 17H

Bière et saucisse au parc

Les Tourneurs rassemble les quelque 500 estampes de la collection du MA. Conservées dans les tiroirs de classeurs de la réserve, la plupart sont rarement exposées à la vue du public. Pour l’occasion, elles sont toutes déployées sur de grandes tables dans la salle d’exposition. Les guides du musée, munis de gants, deviennent alors les tourneurs au service des visiteurs. Sérigraphies, lithographies, eaux-fortes, pointes sèches, tailles-douces, monotypes, gravures sur bois et linogravures présentés au public illustrent la grande diversité qui compose l’arsenal des techniques des arts d’impression.

On raconte dans les ateliers d’estampe qu’en Orient ce mode de présentation des estampes est une tradition honorée. Coffrets, livres, rouleaux imprimés sont ouverts, tournés et déroulés devant les convives puis remisés jusqu’à la prochaine séance. L’encadrement nuirait à la lisibilité de l’œuvre. Les invités sont au plus près de la matière, du papier qui est toujours choisi avec soin. Pour l’estampier, il est notoire qu’il ne faille jamais couper le papier; on le déchire afin d’exhiber sa frange et par là la qualité du papier.

Loin d’être un art mineur, l’estampe fait partie de la formation classique en art. Les presses nécessaires à l’impression sont présentes dans les académies d’art, les collèges, les universités. Les sculpteurs Charles Daudelin et Jordi Bonet, les peintres René Richard et Marcel Barbeau s’y adonnent avec brio. La sérigraphie sied à merveille aux jets lumineux que Rita Letendre développe en acrylique sur de grandes toiles. Des artistes en font leur médium majeur : Albert Dumouchel, Louis-Pierre Bougie, Louis Pelletier. Janine Leroux-Guillaume excelle dans la manière noire avec ses formats étonnants.

L’art de l’impression est très formateur quant à la conception de l’image. L’artiste doit penser l’œuvre en miroir. Roger Pelerin, membre du mythique groupe Infonie, aujourd’hui installé en Abitibi, utilise d’ailleurs un petit miroir pour apercevoir l’image en construction. Entre la bande dessinée et l’illustration documentaire, son œuvre ample est très souvent une satire politique d’abord de la ville de Québec où il a poursuivi ses études, de l’Abitibi, des vernissages aussi, où le personnage se promène deux ou trois verres à la main, devant les tableaux d’un vernissage.

À partir des années 70 naissent un peu partout au Québec des ateliers d’estampes sous forme de centres d’artistes autogérés. À Val-David, l’Atelier de l’île voit se développer un René Derouin qui consacre à l’estampe les 20 premières années de sa pratique, ce dont témoigne la collection du MA avec plus d’une cinquantaine d’œuvres. À Amos, le collège des Clercs de Saint-Viateur possède un atelier; René Breton y exerce sa pratique. Sylvain Tanguay y développe aussi sa pratique. À Rouyn-Noranda naît l’Atelier Les Mille Feuilles : Gisèle Cotnoir-Lussier, Louis Brien, Marcel Caron, Joanne Poitras et Céline Dallaire en sont des membres actifs, et une grande partie de leur activité y est associée.

Intimement lié au livre, l’art de l’impression est également un réservoir important d’œuvres illustrant des textes. En collaboration avec l’anthropologue Rémi Savard, l’artiste portugais Luis Feito illustre le conte innu Carcajou. Roland Giguère, lui-même poète, est aussi graveur; en 1958 paraît Les archipels signalés écrit par Jean-René Major avec cinq de ses dessins. En 1974, Monique Charbonneau orne de dix bois gravés les 40 exemplaires tirés du texte Aux marges du silence de Félix-Antoine Savard.

L’estampe est aussi l’art de l’imprimeur, comme le démontre le coffret de Mario Mérola, Plans sonores (1983), dont les 25 copies originales ont été imprimées par Serge Lacroix. C’est à partir du bon à tirer qu’est dicté à l’imprimeur le résultat à obtenir. Il aura en main les matrices, les encres et le papier qui ont servi à réaliser l’image. Chaque couleur est nécessairement un passage sous presse, autant de couleurs seront autant de passages. Plusieurs matrices peuvent servir à l’ouvrage. Les pâtes d’encre doivent être diluées selon la texture désirée et l’encrage des matrices demande un grand soin. Les papiers sont baignés dans l’eau, et la pression de la presse est aussi soigneusement étudiée. Les séchages entre les différents passages sont des pauses obligées. La reliure du coffret Plans sonores, une œuvre en soi, est l’ouvrage de Pierre Ouvrard, maître relieur incontesté au Québec.

La complexité de l’art imprimé ne brime en rien l’extravagance des artistes. Jean-Paul Riopelle prend l’estampe à bras le corps et imprime directement jutes, feuilles et treillis, travaillant la matière comme un sculpteur. Salvador Dali y fait couler sous un lavis mince ses montres molles dans les décors surréalistes dénudés qui ont fait sa marque de commerce. Jean McEwen rapporte sur papier ses préoccupations picturales d’une matière dense et mouvante dont il macule ses grands espaces colorés. Marcelle Ferron imprime dans la matière bouchée une ligne dansante. Yves Gaucher réalise à traits minimaux un livre d’une pureté transcendante.

Les Tourneurs est une exposition qui démontre à quel point l’art de l’estampe s’inscrit pleinement dans l’histoire de l’art.

Les tourneurs
Artistes

Marie Anastasie, Marcel Barbeau, Bonnie Baxter, Paul Vanier Beaulieu, Sylvie Crépeault, Béchard Hudon, Léon Bellefleur, Marcel Bellerive, André Bergeron, René Breton, Louis Brien, Jordi Bonet, Louis-Pierre Bougie, Françoise Bujold, Carlos Calado, Marcel Caron, Monique Charbonneau, Charles Daudelin, René Derouin, Albert Dumouchel, Louis Feito, Marcelle Ferron, Marc-Aurèle Fortin, Yves Gaucher, Roland Gigère, Jacques Hurtubise, Hugues de Jouvancourt, André L’Archevêque, Jocelyne Labrecque, Line Lacasse, Richard Lacroix, Janine Leroux-Guillaume, Rita Letendre, Stanley Lewis, Jean Lurçat, Jean McEwen, Mario Mérola, Roger Pelerin, Louis Pelletier, Roland Pichet, Jacqueline Plante, Joanne Poitras, René Richard, Jean-Paul Riopelle, Robert Roussil, Denise Saint-Onge, Sylvain Tanguay, Pierre-Léon Tétreault, Fernand Toupin.

Logo Hydro Québec
Logo Hydro Québec
Logo Hydro Québec

Pin It on Pinterest

Share This