Un cœur de glace – Marta Saenz de la Calzada

30.00$

5 en stock

UGS : 286 Catégorie :

Description

Un cœur de glace

2009

coffret poétique édité par Multiboîte, Rouyn-Noranda

 Marta Saenz de la Calzada

Avec des contes fantastiques, des contes érotiques, et de légendes, cette conteuse a un bel éventail à proposer. Immigrée au Québec en 1969 en provenance d’une Espagne franquiste, c’est d’abord en tant qu’enseignante que Marta Saenz de la Calzada arrive en Abitibi-Témiscamingue. Portant en elle un bagage artistique très riche, le théâtre, la poésie et la peinture sont au cœur de son éducation et de sa vie.

Artiste polyvalente, Marta Saenz de la Calzada a interprété différents rôles. Depuis son arrivée au Québec, on a pu la voir dans Joualez-moi d’amour de Jean Barbeau en 1973, La femme rompue de Simone de Beauvoir en 1984, Couple ouvert à deux battants de Dario Fo en 1988, Albert N., ni homme ni femme d’Edwige Herbiet en 1994, Des petites choses pour l’eau, spectacle poétique conçu avec Jean-Guy Côté à partir de poèmes de trois poètes hispanophones en 1996, Du sexe? Ah, oui! Merci! de Dario Fo et Franca Rame en 2003 et 2005. Elle a animé pendant plusieurs années les soirées de «lipsync» au Cabaret de la dernière chance. Elle a participé à plusieurs éditions du Festival de contes et légendes de l’Abitibi-Témiscamingue et a conté dans de nombreux festivals au Québec.

Elle utilise ses différentes compétences (écriture, traduction, mise en scène, animation et interprétation) dans le milieu de l’éducation (elle fait partie des Artistes à l’école) et des services à la communauté avec ses contes et ses écrits. Membre du cercle de conteurs, elle réside à Rouyn-Noranda.

Profondément latine et intense, elle aborde des œuvres engagées qui dénoncent des injustices sociales et qui prônent l’égalité des êtres humains: égalité des peuples, des sexes, des classes.

Son travail d’interprétation s’illustre surtout en théâtre, mais elle fait aussi des lectures, de la radio, de l’animation de l’improvisation et du conte.
Ayant le désir de s’inscrire aussi par la parole écrite, elle traduira des œuvres de poètes hispaniques (Vallejo, Gil de Biedma, Lilian Jimenez, Crémer, Saenz de la Calzada) et de poètes d’ici (Richard Desjardins) essayant toujours de favoriser le contact humain, l’échange entre les cultures québécoise et hispanophone.

Cette incursion dans le monde de la traduction l’amènera tout naturellement à l’écriture où elle explorera différents genres littéraires : nouvelles, contes, poésie. Elle a été distinguée dans ce dernier genre et elle a rapporté le prix des libraires de l’Abitibi-Témiscamingue en poésie.
Ayant quitté le monde de l’enseignement en 2004, elle poursuit son travail artistique en poussant plus loin ses préoccupations formelles et ses questionnements humains.

68 pages

16 x 23 cm