à
René Derouin - Derniers territoires - Musée d'art de Rouyn-Noranda

Date

02 Déc 2016 - 05 Mar 2017

LES DERNIERS TERRITOIRES V, 183cm x 183cm, bois relief polychrome, 2013


Vernissage avec Halte-Garderie : 5 à 7, vendredi 2 décembre 2016
RENÉ DEROUIN RENCONTRE LE PUBLIC SAMEDI 3 DÉCEMBRE 14 H

Avec Les derniers territoires, le public est invité à découvrir une exposition majeure dans le cheminement de René Derouin qui évoque, avec ces œuvres de papier et ces bois reliefs élaborés entre 2000 et 2013, les principales étapes d’une démarche créative qui l’éloigne toujours plus loin de son atelier, que ce soit à Mexico ou à Barcelone, à Puebla ou à Percé, ou encore à la Baie-Johan-Beetz, sur la Côte-Nord. La décennie 2000 et le début de la suivante ont constitué un tournant significatif dans l’œuvre de René Derouin alors qu’il est revenu au noir et blanc, tout en approfondissant l’art des papiers découpés, tradition autant japonaise que mexicaine qui l’avait profondément marqué lors de séjours dans ces deux pays.

Né à Montréal en 1936, René Derouin habite Val-David, dans les Laurentides. Il est le fondateur avec Jeanne Molleur, son épouse, des Jardins du précambrien et des Symposiums internationaux d’art in situ. Cet artiste multidisciplinaire progresse au fur et à mesure de ses voyages à partir desquels il sonde l’identité continentale des Amériques, du nord au sud. Dès 1955, il se penche sur les cultures précolombiennes et se familiarise avec l’art mural mexicain. Il poursuit ses recherches également dans le Grand Nord québécois. En quête de ses racines, il creuse ainsi l’idée d’américanité, fouillant dans les mémoires culturelles et territoriales autant les questions de migration que de métissage d’hier et d’aujourd’hui.

En plus de ses innombrables expositions au Québec, au Canada et au Mexique, ses œuvres ont été exposées en France, aux États-Unis, au Venezuela, en Australie, en Suisse en Pologne et au Japon. Ses œuvres font partie de plusieurs collections nationales et internationales (Musée national des beaux-arts du Québec, Musée des beaux-arts de Montréal, Musée de la civilisation du Québec, Bibliothèque et Archives Nationales du Québec, Bibliothèque nationale de France, Musée des beaux-arts du Canada, The Glenbow Museum of Calgary, Museo de arte Contemporaneo internacional Rufino Tamayo Mexico, Museo Universitario del Chopo Mexico, Loto-Québec, Banque Nationale, en plus de nombreuses collections privées). En 1999, le Glenbow Museum et le Musée des beaux-arts de Montréal lui consacraient une rétrospective. En 2013, la Bibliothèque nationale du Québec présentera une importante exposition en raison d’une donation à Bibliothèque et Archives Nationales du Québec.

Titres et distinctions

MEMBRE DE L’ORDRE DU CANADA (2011), CHEVALIER DE L’ORDRE NATIONAL DU QUÉBEC (2008), CHEVALIER DE L’ORDRE DE LA PLÉIADE (2007), Section Québec de l’Assemblée parlementaire de la francophonie pour ses mérites éminents mis au service des idéaux de coopération et d’amitié dans la francophonie, ORDRE MEXICAIN DE L’AIGLE AZTÈQUE (2006), l’insigne le plus important que le gouvernement du Mexique décerne à un étranger, premier artiste canadien (québécois) à recevoir cet honneur, PRIX ORANGE SAUVONS MONTRÉAL et PRIX D’EXCELLENCE (2005), 23e Édition de l’Ordre des architectes du Québec pour son formidable travail d’intégration des arts à l’architecture pour sa grande murale Trois siècles de migration sur le territoire des Amériques, créée pour la chapelle de théologie du Collège Jean-de-Brébeuf, PRIX DU QUÉBEC PAUL-ÉMILE-BORDUAS (1999) pour son œuvre remarquable et l’exceptionnelle qualité de sa contribution au développement culturel de la société québécoise, Bourse de carrière CONSEIL DES ARTS ET DES LETTRES DU QUÉBEC (1998).

LA FRONTIÈRE EN PARLE